Project approach


The programmes fighting against ESL are wavering between prevention and compensation. European works on ESL also identify a third step: intervention. All countries has a tendency to promote prevention (and intervention), rather than compensation which is much more costly and produces fewer results. Even if the evolution of state policies against school failure tends to individualise the problems and to target specific categories of children (special needs, migrants, minorities, precocity, etc.) with special programmes rather than targeting specific areas1, we are also witnessing a development of prevention within the school system. In front of the various situations and ESL causes, it is necessary to have several professionals from different sectors working together: teachers, school staff, and people from youth aid and support service, health sector, legal field, after-school care, etc.2 The Education Council invited the European Commission to "support Member States’ strategies through the exchange of experience and good practice, and to facilitate effective peer learning, networking and experimentation with innovative approaches among the Member States on measures aimed at reducing early school leaving and improving the educational outcomes of children from groups at risk of early school leaving." 3 (Education Council, 2011). Member states are therefore supported to make use of all the opportunities of common EU cooperation in the field of ESL, to use the existing tool kits and to develop new ones, which will enable the EU as a whole to reach the commonly agreed target.

Taking into consideration these EU initiatives, the TITA project contributes to the realization of the EU headline target regarding ESL by addressing one of the key policy messages which identify the critical conditions for successful policies against ESL (Thematic Working Group, 2013): promote and support multi-professional teams in schools in order to address ESL on the basis of evidence-based policies and practices. The TITA project is dedicated to trainers, practitioners and stakeholders and is meant to provide support, tools for action and training to prevent ESL, through 4 approaches :

Understanding

TITA evidence-based approach towards ESL

The TITA project consortium brings together educational experts and researchers, policy makers and practitioners from European countries in a collaborative research and implementation process, which enables the full realization of an evidence-based approach to ESL. By identifying the main factors leading to ESL and reviewing the characteristics of the phenomenon on a national, regional and local scale for the consortium countries, the project provides an accurate understanding of ESL, which is the precondition for the foundation of targeted and effective evidence-based policies and practices towards ESL.
TITA takes into consideration European Commission (2011) recommendation that policy experiments needs to be based on precise information in order to better target measures, monitor their developments while constantly adapting them, and draw policy lessons from their results. By providing in-depth information on contextual factors of ESL in consortium member states, TITA scientific database, elaborated by the Slovene Educational Research Institute (ERI), takes into consideration that “one implication of recognising the local sensitivity of interventions is the need for practitioners to work with data in order to make evidence-informed decisions about adjusting practices”4. According to Dale5, establishing the importance of factors and the nature of causal links and mechanisms is a crucial step towards enabling policy makers to formulate evidence-based, and if need be targeted, pre-emptive ESL measures. However, TITA scientific database is focusing more on describing and conceptualising new ways of working with early school leavers than on assessing measurable outcomes of policy experiments.
The most overall goal of the TITA project is to support the implementation of innovative policy solutions at an institutional level in order to reduce ESL, meeting the priorities set out in Europe 2020. By promoting and supporting multi-professional teams in schools, it provides scientific support, tools for actions and training in order to address ESL. The project therefore provides innovative answers to the commonly identified problem in the field of education, and thus addresses the European goals.
In order to work on ESL with other professionals and to set up student-centred measures, education staff needs to understand ESL and the basic principles of multi-professional cooperation, and needs to develop or strengthen special skills.

TITA comprehensive scientific database, divided into four subsections, therefore provides an in-depth evidence-based understanding of:
-  early school leaving (as a main policy problem which the TITA project addresses);
-  cooperation (as a promising solution to reduce ESL);
-  training (as a tool for coming to the solution).
-  in addition to that, a reflection is provided on the changing role of school in contemporary society from the viewpoint of ESL.

In addition to this scientific database, a mapping of the major researchers working on ESL is elaborated by the IFÉ. The users will find information about their work, workplace, etc.

Acting

Cooperation to tackle ESL can take different forms at a national, regional, local or school level. Horizontal coordination between different actors and vertical coordination through different levels of government are equally important. Experiences of member states, comparative data and analytical research suggest that the key issues for successful policies include the cross-sectoral nature of collaboration and the comprehensiveness of the approach.
TITA’s members introduce cross-sectoral cooperation to tackle ESL at the system (national) level, at a local level and at the level of multi-professional teams. The ministries and bodies in charge of education policy that are involved in the project introduce measures in order to strengthen this cross-sectoral cooperation between professionals. This perspective is central in the different ESL prevention frameworks. Educational alliances are built; primarily applied to prevention, as well as intervention for students in whom we spotted the first signs of stall; they may, but to a lesser extent, act in the field of remediation to contribute to the return to training of young people in stall situation. They concern the first level, where prevention should be strengthened, as well as the second degree.
The establishment of educational alliances is tested in different schools, cantons or academies in France, Switzerland and Luxembourg. These experiments are meant to take into account the three different levels of educative alliance: micro level (youth-family-school), meso level (social, legal and health fields) and macro level. In the TITA project, the tests of the new policy intervention focus on the micro and meso levels in secondary schools. Their efficacy will be evaluated by the ministries before deciding whether it should be scaled up.

Evaluating

Within the TITA project, Céreq, Centre d’études et de recherches sur les qualifications, is in charge of the assessment of the experiments in France, Luxembourg and Switzerland. The assessment protocol in these three countries has been designed to allow international comparisons, as well as to permit to perceive local particularities. Although each experiment has a peculiar form, all of them are dedicated to early school leaving prevention within schools. In this context, Céreq’s assessments aim to analyse practices and tools that exist in the schools to prevent ESL. The assessment protocol is based on a mixed comprehensive and statistical method, supposed to take place in three different waves – following the three years of the TITA project.

In France, the experiment is developed by the Ministry of Education and consists in the “GPDS” generalization: GPDS -Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire- which means an “ESL prevention group”, is supposed to be a cross-sectoral team of education professionals, working together to prevent the drop-out phenomenon in each French secondary school.
For the first two years of assessment, Céreq’s activity consists in studying the cross-sectoral collaborative work within these GPDS, throughout a representative sample of 150 schools allocated among 3 French adacemies. At first, a one-year period will be dedicated to the analysis of the GPDS operating modes. Then, a second one will be designed to study the operating modes of GPDS after one year of official generalization. These two waves of assessment will use this same method: first, interviews are hold in 12 schools; this qualitative work requires around 10 people being interviewed in each school, i.e. a bit more than 100 interviews (104 were realised the first year). Then a statistical survey is submitted to the whole sample of schools, that is to say to about 1500 people (1588 people received a questionnaire the first year).
Finally, the third wave of the French assessment will specifically focus on a new tool: the “training platform” that will be offered by the French Institute of Education (IFÉ) to the GPDS members, in order to improve the GPDS efficiency. To assess the impact of this resource website, Céreq team will use a randomized method and divide the schools sample into two groups: on the one hand, schools where teams use the training platform; and on the other hand, schools where teams cannot use the training platform. The objective is to study the potential benefits of this tool for the GPDS functioning.

In Luxembourg, two different experiments are developed within the context of the TITA project. The first one is led by the CPOS, the National center for scholar guidance and psychology, and consists in submitting a questionnaire to pupils in order to spot those who could present a risk of Early School Leaving. This project is developed in two high schools of Luxembourg city. The second experiment is made in northern Luxembourg and gathers 6 secondary schools directors, who form a group reflecting on the possible ways to tackle ESL and the system changes it would imply. For these two experiments, the Céreq’s assessment will be quite the same as the French one, which means two different waves of mixed analyses about the experiments, and then a third year of assessment focused on IFÉ’s platform.

The assessment in Switzerland is planned to last 2 years instead of 3 because of the recent involvement of this country in the project. As in France and Luxembourg, Céreq is going to study the cross-sectoral teams in schools and their role in the ESL prevention. The interviews will take place in 5 different schools of the canton du Valais, and the questionnaires will be sent to a larger number of schools. Céreq and the Haute Ecole Pédagogique du Valais are preparing the research protocol together.

Each year, international comparisons will be made about practices and cross-sectoral work in the field of ESL prevention.

A special area on this website is devoted to the results of the evaluation.

Training

In order to be successful, an answer to ESL needs to be comprehensive, based on a long-term commitment and a clear strategy, and be informed by accurate data and a good understanding of the nature and reasons of the problem. It requires active involvement and cooperation of all relevant stakeholders at all levels (national, regional, local and school level).6
To this effect, TITA is providing innovative and specific training for multi-professional teams and tools for trainers (video platform, distance training). These tools are provided at a local, national or European level.
The partner ministries of TITA are implementing tools and training in their countries and the TITA team is developing specific video training tools.
The Spanish ministry of education is developing a prevention, intervention and compensation training course for early school leaving. Through different modules, the objectives are to give information, guidance and training to professionals involved in the fight against ESL, so that they can contribute to get the conditions that make it possible to reduce early school leaving to the minimum. The French Ministry of Education is also proposing a set of training sessions at local, academic or national levels. Dedicated to the members of the “alliances éducatives” and to their trainers, these sessions are integrated to the national framework against ESL.
In addition to these measures, the IFÉ (Institut français de l’éducation) is developing a video training platform (TITAction) dedicated to these cross-sectoral teams and their trainers at a French and European level. Available after registration on the website, this tool is meant to present the work done in these cross-sectoral teams and is designed to be used as a training tool. It intends to provide examples of actual cross-sectoral work as distance self-training resources or institutionalized training with trainers and tutors. TITAction is designed to emphasize the activities and levers for the practitioners and their trainers. This contribution can pave the way for new forms of training and support to those engaged in the prevention of ESL. Built by a team with a multi-perspective approach, TITAction shows the complexity of the cooperation work and the various ways in which these teams cope with the ESL prevention. The objective is to present the different professional questions and dilemmas of cooperation work and to become an additional tool in the trainers’ toolbox, and eventually to contribute to a change in professionals’ actions.7
The video training approach is based on analysis of real activity and access to subjective experience (expression of professional experience). The theoretical anchorage is multi-referenced: the methodology is based on work analysis8 from ergonomics, sociology and psychology.9
Several functions are given to the videos on the platform:
- facilitating the observation of diverse group meetings’ situations while preserving the contextual richness of the practice,
- assisting the development of a reflexive analysis by the connection between theory and practice through the combination of "ordinary" activities’ recording with analyzes of researchers, scientists or stakeholders at French and international levels.
- contributing to the multi-professional teams implementation by showing collective “ordinary” activities’ meetings without any choice of best and innovative practices.

The goal of the video-enhanced training is for every collective, whatever it may be, to be able to develop room for maneuver or reflection with respect to the prevention of ESL, room that is both the condition and the result of developing their power to act.10


1 Demeuse, D. Frandji, D. Greger D., J.-Y. Rochex, (dir). (2012) Les politiques d’éducation prioritaire en Europe. TII. Quel devenir pour l’égalité scolaire ?, ENS éditions, 2012
2 Gilles J.-L., Potvin, P., Tièche Christinat, C. (2012) Les alliances éducatives pour lutter contre le décrochage scolaire, Peter Lang éditeur – Éditions scientifiques internationales
3 Council Recommendation of 28 June 2011 on policies to reduce early school leaving
4 Edwards, A. & Downes, P. (2013). Alliances for Inclusion: Developing Cross-sector Synergies and Inter-Professional Collaboration in and around Education. Commissioned Research Report for EU Commission NESET (Network of Experts on Social Aspects of Education and Training).
5 Dale R. (2010), Early School Leaving. Lessons from research for policy makers, Commissioned Research Report for EU NESSE (Network of Experts in Social Sciences of Education and Training
6 Draft 2015 Joint Report of the Council and the Commission on the implementation of the Strategic Framework for European cooperation in education and training (ET 2020) New priorities for European cooperation in education and training, Idem, p.49.
7 Picard (P.), Ria (L.) (2011). Neopass@ction: a training tool for beginning teachers. In Beginning Teachers: a challenge for educational systems. CIDREE Yearbook 2011. Lyon, ENS de Lyon, Institut français de l’éducation. And C. Gaudin, Simon Flandin, Luc Ria, S Chaliès. An exploratory study of the influence of video viewing on preservice teachers’ teaching activity: normative versus developmental approaches. In Video-enhanced Teacher Learning: New Scenarions for Teacher Development. Form@re, 2014, 14 (2).
8 Clot, Y. (1995). Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie. La Découverte, Paris.
9 Theureau, Jacques (2009). Le cours d’action : méthode réfléchie, Octarès, Toulouse
10 Caroly, S. (2013). Les conditions pour mobiliser les acteurs de la prévention des TMS : construire du collectif de travail entre pairs pour développer le métier et favoriser le travail collectif pluri-professionnel. Le cas de médecins du travail. PISTES, 15 (2).

Approche du projet


Les programmes pour lutter contre le décrochage scolaire oscillent entre la prévention et la compensation. Les travaux européens sur le sujet proposent une troisième voie : l’intervention. La tendance de tous les pays est de promouvoir la prévention (ainsi que l’intervention) plutôt que la compensation, qui est beaucoup plus coûteuse et produit des résultats moindres. Même si l’évolution des politiques des États pour lutter contre l’ASP tend à individualiser les problèmes et à cibler des catégories spécifiques d’enfants en mettant en œuvre des programmes adaptés (enfants ayant des besoins spécifiques, migrants, minorités, précocité, etc) plutôt qu’en ciblant des zones géographiques [1], on assiste également à un développement de la prévention au sein du système éducatif. Lorsque l’on est confronté à la variété des situations et des origines du décrochage, il apparaît nécessaire de permettre à des professionnels issus de différents secteurs (professionnels de l’enseignement, de la santé, du social…) de travailler ensemble [2].
Le Conseil sur l’Éducation a invité la Commission européenne à « soutenir les stratégies des États membres grâce à l’échange d’expériences et de bonnes pratiques, et à contribuer à ce qu’ils mettent en place, au moyen d’approches innovantes, un processus efficace d’apprentissage par les pairs, de mise en réseau et d’expérimentation portant sur des mesures destinées à réduire l’abandon scolaire et à améliorer les résultats scolaires des enfants issus de groupes présentant des risques d’abandon scolaire » [3] (Conseil de l’Éducation, 2011).
Les États membres sont par conséquent encouragés à tirer parti de toutes les opportunités de collaboration européenne dans le domaine de l’ASP, à exploiter les outils existants et à en développer de nouveaux, de manière à permettre à l’ensemble des États d’atteindre le but qu’ils se sont fixé d’un commun accord.

Tenant compte de ces initiatives européennes, le projet TITA contribue à la concrétisation du principal objectif européen en ce qui concerne le décrochage scolaire, puisqu’il aborde l’un des messages-clefs destinés aux responsables politiques qui identifient les conditions essentielles pour une politique efficace contre l’ASP (Groupe de Travail Thématique, 2013) : développer et soutenir les équipes multi-professionnelles dans les écoles pour prendre en considération le décrochage sur la base de politiques et de pratiques fondées sur des données probantes. Le projet TITA s’adresse aux formateurs, aux professionnels et aux acteurs, et leur propose un soutien ainsi que des outils d’intervention et de formation pour éviter l’ASP. Le travail de l’équipe s’organise autour de 4 axes :

Compréhension

TITA : une approche du décrochage scolaire fondée sur des données probantes

Le consortium du projet TITA rassemble des experts et des chercheurs en Éducation, des responsables politiques et des professionnels de différents pays européens pour la recherche et la mise en œuvre collaboratives, ce qui permet de mettre pleinement en place une approche de l’ASP fondée sur des données probantes.
En identifiant les causes principales de l’ASP et en examinant les caractéristiques du phénomène à l’échelle nationale, régionale et locale des pays du consortium, le projet permet une compréhension précise du décrochage, condition préalable à la fondation de politiques et de pratiques fondées sur des données probantes, si besoin ciblées, et efficaces.

Le projet TITA tient compte des recommandations de la Commission européenne (2011) demandant que les politiques expérimentales s’appuient sur des informations précises, dans le but de mieux cerner les mesures et de contrôler leur développement, en les adaptant en permanence et en tirant des enseignements de leurs résultats.
En fournissant des informations détaillées au sujet des facteurs contextuels de l’ASP, dans les États membres du consortium, la base scientifique de données TITA, mise au point par l’Institut de Recherche Éducative slovène (ERI) prend en compte le fait que « si l’on tient compte des réalités locales pour les interventions, une des conséquences est que les professionnels doivent travailler à partir de données, afin de prendre des décisions fondées sur des faits lorsqu’il s’agit d’ajuster les pratiques » [4].

Selon Dale [5], le fait d’établir l’importance des facteurs ainsi que la nature des liens de cause à effet et des mécanismes en œuvre soit une étape cruciale pour permettre aux responsables politiques de mettre au point des mesures concrètes, éclairées, et si besoin ciblées, de prévention du décrochage scolaire. Cependant, la base scientifique de données TITA s’attache davantage à la description et à la mise au point de nouvelles méthodes de travail avec les jeunes quittant l’école prématurément qu’à l’évaluation des résultats chiffrés de politiques expérimentales.

Le but le plus global du projet TITA est de soutenir la mise en place de solutions innovantes au niveau institutionnel pour réduire l’ASP, en concordance avec les priorités fixées dans le cadre de Europe 2020.
En promouvant et en soutenant des équipes multi-professionnelles dans les écoles, il propose un soutien scientifique, des outils d’action et de formation pour prendre en charge le décrochage. En conséquence, le projet apporte des réponses innovantes au problème communément identifié dans le domaine de l’éducation, et rejoint ainsi les objectifs européens.
Pour pouvoir travailler sur le décrochage scolaire avec d’autres professionnels et mettre en place des mesures centrées sur les élèves, les équipes éducatives doivent comprendre l’ASP ainsi que les principes de base de la coopération multi-professionnelle, et développer ou renforcer des compétences spécifiques.

Par conséquent, la base scientifique de données de TITA, organisée en 4 parties, propose une approche approfondie, fondée sur des données probantes, de :
-  l’Abandon Scolaire Précoce (en tant que question majeure des politiques publiques à laquelle le projet TITA répond)
-  la coopération (en tant que solution prometteuse pour réduire le décrochage)
-  la formation (en tant qu’outil pour parvenir à cette solution)
-  ainsi qu’une réflexion sur l’évolution du rôle de l’école dans les sociétés contemporaines du point de vue du décrochage scolaire.

En complément de cette base scientifique de données, l’IFÉ élabore un recensement des principaux chercheurs travaillant sur le décrochage. Les utilisateurs trouveront des informations concernant leur travail, leur lieu de travail, etc.

Action

La coopération pour faire face au décrochage scolaire peut prendre différentes formes, au niveau national, régional, local, ou au niveau de l’école même. La coordination horizontale, entre différents acteurs, et la coordination verticale, entre les différents niveaux du gouvernement, sont aussi importantes l’une que l’autre. Les expériences menées par des États membres, les données comparatives et la recherche analytique laissent entendre que les enjeux principaux pour mettre en place des politiques efficaces comprennent une collaboration intermétier et une approche globale.

Les membres du projet TITA introduisent la coopération intermétier au niveau du système (niveau national), au niveau local et au niveau des équipes multi-professionnelles pour combattre le décrochage scolaire. Les ministères et les organismes responsables des politiques éducatives qui sont impliqués dans le projet introduisent des mesures destinées à renforcer cette coopération intermétier entre les différents professionnels. Cette perspective est centrale dans les différents cadres de prévention de l’ASP. Des alliances éducatives sont mises en place. Dédiées en premier lieu à la prévention ainsi qu’à l’intervention auprès des élèves en situation d’échec, elles peuvent aussi, mais dans une moindre mesure, agir dans le champ de la remédiation, afin de contribuer au retour vers la formation des jeunes en situation de décrochage. Elles concernent le premier degré, où la prévention doit être renforcée, ainsi que le second degré.

La mise au point d’alliances éducatives est expérimentée dans différentes écoles, cantons ou académies en France, en Suisse et au Luxembourg. Le but de ces expériences est de prendre en compte les trois niveaux d’alliance éducative : le niveau micro (jeune/famille/école), le niveau meso (domaine social, domaine légal et domaine de la santé) et le niveau macro. Dans le projet TITA, les expérimentations des nouvelles politiques d’intervention sont centrées sur les niveaux micro et meso dans les écoles secondaires. Leur efficacité sera évaluée par les ministères, qui décideront d’appliquer ou non ces politiques à une plus grande échelle.

Évaluation

Au sein du projet TITA, le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) est responsable de l’évaluation des expérimentations en France, en Suisse et au Luxembourg. Le protocole d’évaluation dans ces trois pays a été conçu pour permettre aussi bien des comparaisons internationales qu’une analyse des particularités locales. Bien que chacune des expérimentations prenne une forme spécifique, toutes sont consacrées à la prévention du décrochage dans les écoles. Dans ce contexte, les évaluations du Céreq ont pour but d’analyser les pratiques et les outils qui existent dans les écoles pour lutter contre l’ASP. Le protocole d’évaluation se fonde sur une méthode randomisée, mise en œuvre en trois vagues successives correspondant aux trois années du projet TITA.

En France, l’expérimentation est développée par le Ministère de l’Éducation Nationale, et consiste à généraliser les GPDS (Groupes de Prévention du Décrochage Scolaire : des équipes intermétier de professionnels de l’éducation qui travaillent ensemble dans toutes les écoles secondaires sur le problème du décrochage scolaire).

Lors des deux premières années d’évaluation, l’activité du Céreq consiste à examiner le travail collaboratif intermétier au sein de ces GPDS grâce à l’observation d’un échantillon représentatif de 150 écoles dans 3 académies. En premier lieu, une période d’un an est consacrée à l’analyse des modes de fonctionnement des GPDS. La deuxième année est ensuite l’occasion d’ étudier les modes de fonctionnement des GPDS un an après leur généralisation officielle. Ces deux vagues d’évaluation suivent la même méthode : tout d’abord, une campagne d’entretiens est menée dans 12 écoles. Cette enquête qualitative nécessite qu’une dizaine de personnes soient interrogées dans chaque école, soit un peu plus de 100 entretiens (104 ont été réalisés la première année). Puis une enquête statistique est proposée à l’ensemble des écoles de l’échantillon, soit à environ 1500 personnes (1588 personnes ont reçu le questionnaire la première année).

Enfin, en France, la troisième vague de l’évaluation concerne de manière spécifique un nouvel outil : la plate-forme vidéo de formation (TITAction) qui sera proposée par l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ) aux membres des GPDS afin d’améliorer leur efficacité. Pour évaluer ce site de ressources en ligne, l’équipe du Céreq applique une méthode randomisée et divise l’échantillon d’écoles en deux groupes : d’une part, des écoles dans lesquelles les équipes utilisent la plate-forme, et d’autre part, des écoles dans lesquelles les équipes ne peuvent pas l’utiliser. Le but de cette évaluation est d’étudier les bénéfices potentiels de cet outil dans le fonctionnement des GPDS.

Au Luxembourg, deux expérimentations sont mises en place dans le contexte du projet TITA. La première est menée par le CPOS, le Centre de Psychologie et d’Orientation Scolaires, et consiste en un questionnaire présenté aux élèves pour repérer ceux qui parmi eux présentent des risques de décrochage scolaire. Ce projet est développé dans deux lycées de la ville de Luxembourg. La seconde expérimentation se déroule dans le nord du Luxembourg, et regroupe les directeurs de 6 écoles secondaires pour former un groupe de réflexion s’intéressant aux moyens de faire face à l’ASP, ainsi qu’aux changements qu’ils impliqueraient dans le système. Pour ces deux expérimentations, l’évaluation du Céreq est très semblable à celle mise en place en France, à savoir deux vagues successives d’analyses des expérimentations, suivies d’une troisième année consacrée à l’évaluation de la plate-forme de l’IFÉ.

L’évaluation en Suisse a été planifiée sur deux ans au lieu de trois en raison de l’intégration récente de ce pays au projet. Tout comme en France et au Luxembourg, le Céreq étudie les équipes intermétier dans les écoles et leur rôle dans la prévention du décrochage. Les entretiens ont lieu dans 5 écoles différentes du canton du Valais ; le questionnaire est envoyé à un plus grand nombre d’écoles. Le Céreq et la Haute École Pédagogique du Valais rédigent conjointement le protocole de recherche. Chaque année, des comparaisons sont menées entre les différents pays concernant les pratiques et le travail intermétier dans le domaine de la prévention de l’ASP.
Une section spécifique de ce site internet sera dédiée aux résultats de l’évaluation.

Formation

Pour atteindre ses objectifs, la lutte contre l’ASP doit être globale, basée sur un engagement à long terme et sur une stratégie claire, et éclairée par des données précises et une compréhension fine de la nature et des causes du problème. Cela implique la coopération et l’implication active de tous les acteurs concernés à chacun des niveaux (national, régional, local et au sein des écoles) [6].
A cette fin, TITA propose une formation novatrice et spécifique à destination des équipes multi-professionnelles ainsi que des outils pour les formateurs (plate-forme vidéo de formation, formation à distance). Ces outils sont proposés à un niveau local, national et européen.
Les ministères partenaires du projet TITA mettent au point des outils et des formations dans leur pays, et l’équipe de TITA développe des outils spécifiques de formation vidéo.

Le Ministère de l’Éducation espagnol met au point une formation pour la prévention, l’intervention et la compensation du décrochage scolaire. À travers différents modules, elle a pour objectif de proposer des informations, des conseils et des formations aux professionnels impliqués dans la lutte contre l’ASP, de manière à ce qu’ils puissent contribuer à établir les conditions nécessaires pour réduire autant que possible le décrochage. Le Ministère de l’Éducation Nationale, en France, propose également une série de formations au niveau local, académique et national. Destinées aux membres des alliances éducatives et à leurs formateurs, ces formations sont intégrées au cadre national de lutte contre l’ASP.

Parallèlement à ces mesures, l’IFÉ (Institut Français de l’Éducation) développe une plate-forme vidéo de formation (TITAction) à destination des équipes intermétier et de leurs formateurs, au niveau français et au niveau européen. Cet outil, disponible après inscription sur le site internet, a pour but de présenter le travail effectué au sein de ces équipes intermétier, afin d’être utilisé comme outil de formation. Il s’efforce de proposer des exemples concrets de travail intermétier, pouvant être utilisés comme des ressources accessibles à distance de façon individuelle ou comme support à des formations institutionnelles menées par des formateurs et des tuteurs. TITAction a été conçu pour développer les activités et les moyens d’action pour les professionnels et leurs formateurs. Cette contribution peut ouvrir la voie à de nouvelles formes de formation et de soutien dans le cadre de la prévention du décrochage scolaire. Mise au point par une équipe ayant une approche plurielle, TITAction témoigne de la complexité du travail en coopération et des différentes manières dont ces équipes abordent la lutte contre l’ASP. Le but de cette plate-forme est de présenter les différents questions et les différents dilemmes professionnels liés au travail collaboratif, de devenir un outil supplémentaire dans la boîte à outils des formateurs, et à terme de contribuer à modifier les actions des professionnels [7].

L’approche de la formation par l’intermédiaire de la vidéo se fonde sur l’analyse de l’activité réelle et sur l’accès à des expériences subjectives (mise en mots de l’expérience professionnelle). La méthodologie se fonde sur une approche clinique de l’activité et sur une analyse ergonomique du travail. [8] [9]
La plate-forme a plusieurs fonctions :
- permettre l’observation de différentes situations collectives de travail, préservant ainsi la richesse contextuelle de la pratique
- aider au développement d’une analyse réflexive grâce au lien établi entre la théorie et la pratique, à travers l’association de captures vidéo d’activités « ordinaires » et d’analyses de chercheurs, de scientifiques ou d’acteurs, au niveau français et au niveau international.
- Contribuer à la mise en place d’équipes multi-professionnelles en montrant des réunions collectives autour d’activités « ordinaires », sans sélectionner les pratiques qui seraient les meilleures ou les plus innovantes.
Le but de la formation vidéo est de permettre à chaque équipe, quelle que soit sa nature, d’établir un espace de manœuvre ou de réflexion autour de la lutte contre le décrochage scolaire, espace qui est tout à la fois la condition et le résultat du développement de leur pouvoir d’agir. [10]

Notes

[1Demeuse, D. Frandji, D. Greger D., J.-Y. Rochex, (dir). (2012) Les politiques d’éducation prioritaire en Europe. TII. Quel devenir pour l’égalité scolaire ?, ENS éditions, 2012

[2Gilles J.-L., Potvin, P., Tièche Christinat, C. (2012) Les alliances éducatives pour lutter contre le décrochage scolaire, Peter Lang éditeur – Éditions scientifiques internationales

[4Edwards, A. & Downes, P. (2013). Alliances for Inclusion : Developing Cross-sector Synergies and Inter-Professional Collaboration in and around Education. Commissioned Research Report for EU Commission NESET (Network of Experts on Social Aspects of Education and Training).

[5Dale R. (2010), Early School Leaving. Lessons from research for policy makers, Commissioned Research Report for EU NESSE (Network of Experts in Social Sciences of Education and Training

[7Picard (P.), Ria (L.) (2011). Neopass@ction : a training tool for beginning teachers. In Beginning Teachers : a challenge for educational systems. CIDREE Yearbook 2011. Lyon, ENS de Lyon, Institut français de l’éducation. And C. Gaudin, Simon Flandin, Luc Ria, S Chaliès. An exploratory study of the influence of video viewing on preservice teachers’ teaching activity : normative versus developmental approaches. In Video-enhanced Teacher Learning : New Scenarions for Teacher Development. Form@re, 2014, 14 (2).

[8Clot, Y. (1995). Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie. La Découverte, Paris.

[9Theureau, Jacques (2009). Le cours d’action : méthode réfléchie, Octarès, Toulouse

[10Caroly, S. (2013). Les conditions pour mobiliser les acteurs de la prévention des TMS : construire du collectif de travail entre pairs pour développer le métier et favoriser le travail collectif pluri-professionnel. Le cas de médecins du travail. PISTES, 15 (2).